Index du forum Documentation de référence et technique horlogère

Tout ce qui concerne le fonctionnement des montres, leur fabrication et la technique horlogère : documentation de référence concernant les calibres, la mécanique horlogère, le fonctionnement des complications ainsi que les fabricants de montres, comme par exemple les listes de modèles, notices techniques, schémas de fonctionnement, vues éclatées, etc.

[copeaurnwatches] Chronographe Herma Le Mans, poor-man-Heuer

Messagepar Copeau » 06 Mar 2017, 16:37

ImageIMG_1888.jpg by Copeau, sur Flickr

Je vous ai déjà parlé, il y a un an environ, de Herma, fabricant français de montres qui, des années 50 aux années 70, a développé son activité dans le Haut Doubs, essentiellement autour de Villers-le-Lac. Au tout début des années 80, avant que l’on perde définitivement la trace de cette marque disparue, c’est le groupe Framelec puis Matra qui engloutissent Herma. L’une des innombrables victimes du raz-de-marée du quartz des années 70.

Je vous renvoie donc vers cet article pour de plus amples précisions. Non sans vous avoir préalablement suggéré de consulter la page de ce forum, qui contient de nombreux visuels, dont certains seront reproduits ci-dessous, ainsi que des échanges lumineux avec Robert Anguenot Jr., dernier héritier familial à avoir connu durant ses jeunes années la grande époque de cette marque aujourd’hui inconnue, mais tout à fait célèbre de son temps.

Je me suis renseigné à l’INPI pour savoir ce qu’était devenue la marque Herma et j’ai appris qu’elle avait été rachetée en 2013 par une madame Casta.


Il serait intéressant d’en savoir plus sur ce rachat, et sur le site internet dédié à la marque (assez vide, il faut bien le reconnaître).

Image

En guise de réponse à mes différentes interrogations (voir « Le mystère Herma » en fin d’article consacré à la Calypso), Robert Anguenot apporte les éclairages suivants, tout à fait déterminants pour qui veut comprendre la marque Herma et son historiographie :

Quelques éléments correctifs concernant le groupe Anguenot Frères et la marque Herma. Je suis Robert Anguenot Jr figurant en médaillon sur la publicité Framelec.

Mon arrière grand-père, Ulysse Anguenot, créa son entreprise en 1881 à Villers le lac pour la fabrication de montres de poche après avoir eu un atelier de plantage d’échappements.

Il eut 15 enfants et 5 d’entre eux firent carrière dans l’horlogerie dont Paul et André qui reprit la société Petolat à Besançon et Marius qui poursuivit l’activité d’Ulysse Anguenot et eut beaucoup de succès avant guerre avec la marque Judex.

En 1919, deux de ses fils Alfred (mon grand-père) et Gaston créèrent la société Anguenot Frères pour la fabrication et la commercialisation de garde temps. A l’époque, ces sociétés vendaient les montres sans marque ou à la marque du client (private label)

Un de leurs clients allemands s’appelait Hermann et Anguenot Frères lui livrait des montres à son nom. Ce client fit faillite pendant la guerre et sa marque était disponible. Mon père Robert Anguenot eut donc l’idée en 1947 de lancer la marque Herma qui vient de Hermann sans les n (consonance trop « allemande »)

A la mort de Gaston en 1953 , mon père reprit la direction de la société et son cousin Jean, fils de Gaston, le rejoint quelques années plus tard.

Le groupe prit son essor dans les années 60 et la société LOV (« Lac ou Villers » ancien nom de Villers le lac) de la famille Lambert fut intégrée dans la société Anguenot Frères.

En 1969, c’est la naissance de la Holding FINHOR regroupant la société de production, assemblage et emboitage, appelée Sodexhor et les sociétés commerciales France et export avec les marques Herma, Lov, Anguenot et Jaz notamment.

En 1972, le groupe commercialise la première montre française LCD dont le fournisseur est la société américaine Gruen et en 1975, c’est l’arrivée des montres LED. Au milieu des années 70, FINHOR emploie 250 personnes et produit plus de 600.000 montres par an ce qui en fait un des principaux fabricants de montres français.A cette époque, la notoriété de la marque Herma se situe au niveau de Lip et Yema.

La révolution du quartz oblige les fabricants à trouver des solutions de regroupement et en 1978, sous l’égide de Jaz , Framelec voit le jour entre le groupe FINHOR et le groupe CVR (Cupillard, Vuez, Rième ) de Morteau. En 1980, la société Montrelec qui avait été créée en 1971 entre plusieurs fabricants français pour la fabrication des montres à quartz analogiques rejoint le groupe Framelec.

Puis , c’est en 1981, que l’Etat demanda à Matra d’investir dans l’horlogerie, la société Matra Horlogerie voit le jour avec les activités de Framelec, Yema et Jaz principalement. Ils décidèrent de rationaliser les marques et arrêtèrent les marques Herma, Lov et Cupillard-Rième ce qui s’avéra être une grosse faute. Matra étant plus doué pour le spatial et l’armement et beaucoup moins pour l’horlogerie, ils décidèrent de vendre leur activité horlogère à Hattori-Seiko en 1984. Compte tenu de pertes de plus en plus lourdes, cette activité cessa à la fin des années 90. Triste fin.

Voilà comment on détruit une industrie grâce à l’interventionnisme de l’Etat.

– Richard Mille : mon père a recruté Richard à sa sortie de l’IUT de Besançon en 1974. Il fut agent export sur les marchés Asie et Moyen-Orient d’abord pour Finhor, puis Framelec et Matra Horlogerie. Il fut ensuite Directeur de l’activité Montres de Mauboussin avant de créer sa propre marque en 2001 avec le succès que l’on sait.

– Montre Calypso: ce modèle de plongée fut lancé en hommage au commandant Cousteau et était équipé du mouvement France Ebauche 3611 qui devint le 4611 puis le 5611.


Image

Voilà qui répond à nombre de mes interrogations. La marque est donc bien plus ancienne que son avatar relativement récent, qui s’étendu, lui, grosso modo du début des années cinquante à la moitié des années quatre-vingt. D’autre part elle est le fruit de fusions / créations croisées au sein du Haut-Doubs, comme ce fut également le cas pour ses concurrentes. Enfin, c’est moins Matra que les choix gouvernementaux imposés à Matra à partir de 1981-82 qui eurent raison de Herma. L’histoire croisée d’autres marques (à commencer par Lip ou Yema) serait intéressante sur ce point.

1480605046

Robert Anguenot Jr poursuit :

– Au début des années 70, Herma lança une famille de 3 chronos, le modèle Le Mans pour la course automobile, le modèle Le Bourget pour l’aviation et le modèle Les Glénans pour les régates. Ils étaient équipés du mouvement chrono suisse Valjoux puisque les fabricants d’ébauches français ne fabriquaient pas de chrono.


C’est bien de cela dont nous allons parler aujourd’hui, avec un article consacré au chronographe le plus connu de la marque, celui de la gamme Le Mans. Ca va faire vroum vroum, il va falloir sortir les Vaillantes, les deux Steve (Warson et McQueen) vont enfiler leurs casques et franchir à vive allure la ligne droite des Hunaudières.

Image

Image

Histoire et références

Je n’ai pas réussi à découvrir la date précise de la sortie des chronographes Le Mans. Je tablerais a priori sur 1969, mais il se pourrait qu’il s’agisse plutôt de 1970. Ce qui est certain, c’est que cette montre a fait le rallye Londres-Mexico de 1970, au bras des équipages Citroen DS21 Mmes Trautmann – Colette Perrier, et autre équipage, le mari – René Trautmann et Jean-pierre Hanrioud.

Image

Image

Image

ImageIMG_1783.jpg by Copeau, sur Flickr

ImageIMG_1776.jpg by Copeau, sur Flickr

Le mouvement

Il s’agit d’un classique Valjoux 7733 (sans date).

Image

Le Valjoux 7733 est un mouvement bicompax, chronographe manuel a commande a came, battant a 18000 alternances/heure, 17 rubis. Rien que du très rustique, pas spécialement noble, mais efficace et courant.

Le Valjoux 7733 est une revue du Valjoux 7730/1, lui-même étant un rebadgage du Venus 188. Ce rebadgage intervint après le rachat par Valjoux de Venus, suite au difficultés rencontrées par le marché horloger au début de la seconde moitie du XXe siècle.

De gauche a droite, le Venus 188/Valjoux 7730, et le Valjoux 7733

ImageImage

Les modifications apportées par Valjoux permettent une fabrication plus rentable, et le mouvement 7730 et ses dérivés futurs (7734, 7735, 7736, 7737, 775x and 776x) seront une référence de mouvements de chronographes jusqu’à aujourd’hui.

Le Valjoux 7730 fut produit jusqu’en 1967, mais ses déclinaisons 7733 (avec deux variantes disponibles, 30 minutes et 45 minutes pour le registre des minutes du chrono), 7734 (variante avec date) et 7736 (qui ajoute un registre de 12h pour le chrono) furent fabriquées jusqu’en 1978. Pres de 2 millions de mouvements 773x furent produits, équipant notamment des marques telles que Hamilton, Le Jour, Memosail, Wittenaur, Heuer et Breitling.

Enfin, il convient de signaler que le mouvement 7750 – bien connu – est en fait une étude réalisée sur la base du 7733 pour « contrer » l’apparition en 1969 des mouvements chronographes automatiques Zenith El Primero et Heuer Calibre 11/12.

Le boitier et le cadran

Cette montre est enchâssée dans un boitier massif de 42mm. Elle existe en plusieurs déclinaisons de cadran. En voici des illustrations (crédits internet)

Image

Image

Image

Il existe même un modèle à boitier PVD (belle alternative au chromé, en l’espèce, avec un faux air de Heuer Monza) :

Image

Le cadran est dans mon cas de couleur champagne, légèrement soleillé. Ce soleillage donne de magnifiques reflets dorés à la lumière du soleil. C'est très agréable à regarder. Les sous-compteurs sur fond noir sont de forme oblongue, typique des années 70, et que l'on retrouve, par exemple, chez Yema ou chez Heuer. Les index sont des rectangles métalliques à double facette, épais, qui donnent à ce chrono une formidable profondeur de cadran. C'est probablement sa plus belle réussite. Ces index sont prolongés par un fin trait de la même couleur que la trotteuse du chronographe. Enfin, un fin damier hachuré encercle ce cadran.

Un réhaut noir contient l'échelle tachymétrique. Les aiguilles contiennent en leur extrémité un peu de matière luminescente. La couleur de la trotteuse du chronographe est vive, et, normalement, l'aiguille du totaliseur du chrono (ici en 45') est de la même couleur. Ce n'est pas le cas chez moi, probablement une aiguille de service. L'aiguille de la petite seconde est de couleur blanche, sans particularité ni chichi.

Mon exemplaire a un boitier sans aspérité, mais au polissage très prononcé. Il en ressort une disparition totale de l'angularité d'origine, au profit de courbes douces. C'est agréable, à défaut d'être légitime !

ImageIMG_1901.jpg by Copeau, sur Flickr

Image

Il convient de noter que le sous-cadran totaliseur des minutes, situé à droite, est sur 45 minutes, ce qui en fait une montre de pilote automobile, certes, mais amateur de football !

Autre interrogation, l'inscription "Le Mans HH" ; que signifie ce logo "HH" ? Est-ce une symbolisation de la piste d'un circuit ? Est-ce une réinterprétation du logo Herma, spécialement pour l'univers de la course automobile ? Je suppose une autre signification, mais je n'ai rien trouvé à ce stade.

ImageIMG_1768.jpg by Copeau, sur Flickr

Enfin, il existe à peu près autant, sur le marché actuel, de chronographes Le Mans badgés Herma, que de Le Mans badgés LeJour. En voici une illustration parmi tant d’autres :

Image

Ceci soulève donc, une fois de plus, la question de l’origine toujours aussi peu claire de la marque LeJour. Certains – parmi les meilleurs historiographes de l’horlogerie française – pensent que LeJour était la marque export de Yéma. D’autres, qu’il s’agissait en quelque sorte d’un sous-traitant de Lip :

un ancien de Lip m’a dit que Lip fabriquait des cadrans Le Jour pour le marché américain. J’ai déjà vu une Lip Nautic avec un cadran Le Jour.


Chose à laquelle il est répondu :

J’ai une LE JOUR avec l’éclair animée d’un calibre électromécanique LIP R 184, cela ne m’étonne pas puisque ce calibre je l’ai retrouvé toujours avec des cadrans avec l’éclair chez Gruen, Waltham, Union, Benrus et d’autres
mais ce qui m’étonne dans ce cas, c’est l’association LE JOUR – Le MANS.


Robert Anguenot Jr dit quant à lui :

Mon épouse a travaillé chez Yema entre 1977 et 1981 mais la marque Le Jour ne lui dit rien. Il pourrait s’agir de montres vendues par certains fabricants français dont LIP en private label, c’est à dire à la marque d’un client ce qui était très répandu, sans doute un client export.


Pour d’autres, enfin :

I’ve heard rumours that Le Jour watches were actually made by Heuer as a cheaper alternative to the well known brand, a bit like Tudor was to Rolex. Whether this is true or not I don’t know.


Il me semble pour ma part que LeJour est une marque d’export, majoritairement, mais pas exclusivement, de Yema. D’autres marques (Lip, mais aussi Heuer, ou encore, comme ici, Herma) ont utilisé le porte-étendard LeJour à l’export. Ce n’est pas une sous-marque ou une marque plus grand public (comme Tudor), ou une gamme grand public (comme Omega Genève), mais bien une marque destinée à l’export et tout spécialement au marché nord américain.

Une autre hypothèse consiste à dire que LeJour est une marque à part entière.

diastar a écrit: Je remonte le sujet, mais sur onthedash.com, il disent que les chrono Lejour, façon Pasadenas, Porsche design, Orfina…. étaient manufacturé par Heuer..

http://www.onthedash.com/Guide/_Chronog ... z.Poor_Man’s_Pasadena/


Lejour est une société à part entière. D’ailleurs elle a son propre site.
Par contre elle a fait customiser beaucoup de modèles (la marque la plus sollicitée étant YEMA).
Mais il y a en fait beaucoup de modèles d’autres marques sous sa griffe.
Je possède Une Superman Lejour, une Seacolt YEMA/HEUR Lejour, lip nautic lady LEJOUR.
La personnalisation va jusqu’au marquage du mvt.

Maintenant, avec les facilités d’importation, elle a sa propre gamme (que je trouve d’ailleurs très Bling Bling…).


Je note qu’à l’heure où j’écris ces lignes (février 2017), le site internet de la marque n’existe plus.

Code: Tout sélectionner
http://www.lejourtime.com/page_1.htm

Lejour Watches Inc.
Private Company, Headquarters Location
122 E 42nd St., New York, NY, United States
(212)551-1199, (914)923-1837 fax, http://www.lejourtime.com
Primary SIC: Watches, Clocks, And Watchcases, Primary NAICS: Watch, Clock, and Part Manufacturing
Description: Manufacturing: Watches, Clocks, And Watchcases


Quoi qu’il en soit, il est courant de trouver des montres de marques bien connues estampillées LeJour. Par exemple une Heuer Pasadena version LeJour :

Image

Le fond

Il ne comprend pas d’indications intéressantes, et pas même la marque Herma.

Image

Le bracelet

A en juger par les publicités reproduites ci-dessus, ce chronographe était vendu avec un bracelet de type rallye à gros trous, comprenant parfois des surpiqûres ou une contre-épaisseur rappelant les sous-compteurs du cadran. Pour ma part, c’est avec un bracelet carbone que cette montre m’est parvenue.

Image

ImageIMG_1753.jpg by Copeau, sur Flickr

ImageIMG_1758.jpg by Copeau, sur Flickr

La cote

Ce chronographe n’est pas cher ! Comptez quelques centaines d’euros pas plus pour l’acquérir, ce qui est très correct, même pour un 7733.

ImageIMG_1874.jpg by Copeau, sur Flickr

Conclusion

Outre la gamme Le Mans, de loin la plus connue chez Herma, il existe donc également des chronographes aviation (Le Bourget) ou nautiques (Le Glénans). Il semble que le mouvement des Le Glénans soit le même que les Le Mans ; en revanche, les Le Bourget embarquent un valjoux 7734 à guichet dateur.

Image

Image

Image

Il convient de préciser toutefois, pour être complet, que Herma a également produit un chronographe automatique de type Calibre 11-12 Buren Chronomatic, celui-là même qui équipait les chronos Heuer, Hamilton, Breitling et quelques autres, dans le cadre du consortium qui luttait depuis 1969 contre Seiko d’une part, et le El Primero de Zenith d’autre part (voir ici, pour l’histoire du calibre 6138-6139 de Seiko).

Image

Image
JRGK sur le pont : signifie Jean-Raoul Gorgerat Kelek, créateur de la célèbre marque Kelek. Automatisme à microrotor

R. Anguenot confirme :

Herma a acheté des mouvements chronos sans doute Buren à la société Kelek de la Chaux de fonds et j’ai rencontré Mr Gorgerat à plusieurs reprises.


Enfin et pour conclure, quelques photos historiques de la marque Herma, en complément à toutes celles ci-dessus ou celles de l’article consacré à la Calypso.

Image

Image

Image

merci de m'avoir lu difus_banana
Image
Avatar de l’utilisateur
Copeau
Fou furieux
 
Messages: 3601
Photos: 1
Inscrit le: 05 Déc 2013, 21:48

Re: [copeaurnwatches] Chronographe Herma Le Mans, poor-man-H

Messagepar skopar » 07 Mar 2017, 13:02

Hier dans l'après midi, j'ai vu ton gros travail de recherche. Je l'ai lu hier soir avec beaucoup d’intérêt pour cette marque que je ne connaissais que vaguement de nom.
Merci pour ce partage et ce gros travail de documentation.
Dernière édition par skopar le 07 Mar 2017, 13:07, édité 1 fois au total.
Avatar de l’utilisateur
skopar
Malade
 
Messages: 663
Inscrit le: 06 Mai 2016, 18:55
Localisation: Villeurbanne

Re: [copeaurnwatches] Chronographe Herma Le Mans, poor-man-H

Messagepar Untel » 07 Mar 2017, 13:06

Je découvre la revue.
Je ne connaissais pas plus que ça la marque moi non plus. Gros travail de documentation, bravo. difus_clapping
Avatar de l’utilisateur
Untel
Modérateur Global
 
Messages: 27530
Inscrit le: 18 Fév 2011, 23:45

Re: [copeaurnwatches] Chronographe Herma Le Mans, poor-man-H

Messagepar Copeau » 07 Mar 2017, 14:23

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Copeau
Fou furieux
 
Messages: 3601
Photos: 1
Inscrit le: 05 Déc 2013, 21:48

Re: [copeaurnwatches] Chronographe Herma Le Mans, poor-man-H

Messagepar Copeau » 08 Mar 2017, 10:18

Concernant le logo "Le Mans HH", on me suggère à ce stade deux hypothèses pour le mystérieux "HH". Je vous les livre, elles sont toutes deux pertinentes.

Première hypothèse : une boite de vitesse stylisée. Possible.

Image

Seconde hypothèse, qui est assez séduisante je dois dire : il pourrait s’agit d’une référence à Hans Hermann, qui, devinez quoi ?, a précisément remporté les 24 heures du Mans en 1970, l’année probable de la sortie de ce chronographe ! Au volant d’une Porsche 917 aux couleurs Gulf comme celle-ci :

Image

ce qui rendrait d'autant plus légitime le NATO Gulf avec lequel j'ai habillé cette Herma aujourd'hui !

ImageIMG_1860.jpg by Copeau, sur Flickr
Image
Avatar de l’utilisateur
Copeau
Fou furieux
 
Messages: 3601
Photos: 1
Inscrit le: 05 Déc 2013, 21:48


Retour vers Documentation de référence et technique horlogère

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités