Index du forum Documentation de référence et technique horlogère

Tout ce qui concerne le fonctionnement des montres, leur fabrication et la technique horlogère : documentation de référence concernant les calibres, la mécanique horlogère, le fonctionnement des complications ainsi que les fabricants de montres, comme par exemple les listes de modèles, notices techniques, schémas de fonctionnement, vues éclatées, etc.

La base de connaissances de MGN

Messagepar monsieurbaron » 01 Fév 2015, 15:24

- Ce post a pour vocation de regrouper tous les liens vers posts concernant les notions d'horlogerie.
Communniquez moi vos liens dans les réponses :thumbsup: :icon_respect: ;)

Merci à Sbig(*) et Fran6(**) Amphibia(::) , Ressort(!!) Ciccou(+) Antoinezrx1200S(=) Acouphenix(§) LeGüi(;;) Mascob(@@) Sylvain35(<<) Esspic(--)
philest76(*!) eric(°°) Tavannes(TT)
Tutos

=Démontage / remontage couronne
*Le petit atelier de sbig77 (ses premiers pas)
*Refaire un placage
*Nettoyer un cadran
*Changement de verre avec une presse Robur
*Changement de verre à l'aide d'une griffe
*Lip Himalaya R558 avec réparation de boîtier par soudure à l'étain
+Tuto Mod Seiko


Restaurations vintage

*Lip aiguilles bleues
*Dermont as984
*Mortima quartz
*Seiko 7006
*Seagull eta 2872
*Ma boîte à Lip
*Lip T18 type Vendôme
*Lip Super Nautic Ski 70'
*Mes chronos vintage
*Caravelle ETA6498 réalisée à partir d'une montre gousset
*Eska plaquée or rose
*Raketa dorée
*Lip "jolies cornes" équipée d'un R23B
*Lip Himalaya R558 avec réparation de boîtier par soudure à l'étain
*Lip dauphine avec placage au nickel
*Seagull ETA 2872
*Yema sous-marine
*Deux Yema "cousines" équipée de mouvement Jeambrun
*Bilan de santé d'une tortue - Seiko 6309-040
*Orlux équipée d'un lorsa 237B
**Cimier Sub
**Tissot Visiodate T12
**Medana
**Luxia rectangulaire
**Sinex 007
**Zenith vintage petite seconde
**Ardath
**Omega de poche aiguilles bleues
**Gousset Moeris
§Révision Airin
<<Tegrov
*!Lunette Yema -> solution par Francis de Toulouse
<<gousset Roskopf
<<Cupillard
**Révision Olma
**Restauration boitier Visiodate T12
*!Lip Himalaya
<<Gousset Lechien
TTMontre de poilu


Restaurations
--Glycine Incursor

Restaurations chronographes vintage

*Venus 188
*Landeron 248 marque Crystal
*Seiko 6138 dit Bullhead
*Valjoux 7734 marque Eletta


Restaurations quartz

*Mortima quartz C80


Bracelets

**Bracelet par Fran6
;;Tuto vidéo bracelet


Divers

*Révision d'un petit réveil de voyage Europa avec initiation de sbig junior à l'horlogerie
!!panne originale sur ETA
!!Révision d'un quartz
@@Fabrication d'un boitier de montre
°°Oter le cyclope d'une montre
<<Prontor SVS
<<Baldina

:: !! /**--------------- Conseils techniques --------------**/


Sommaire

- Nettoyage
- Couper une tige de couronne
- Limer en biseau
- Poser des aiguilles
- Recoller des index sur un cadran
- Matière lumineuse
- Balancier
- Graisses
- Ressort de barillet


Nettoyage :

Ressort a écrit:Bonjour,

A noter, pour un débutant, même pour un pro, le nettoyage à la main: cheville bois, pinceau doux, essence C, soufflette, suffit largement pour la plupart des fois.
C'est juste que les machines automatisées permettent de gagner du temps pour un pro. Or le temps est gratuit et extensible pour un amateur, alors qu'un patron a un tarif horaire minimum à garder pour tout juste commencer à ne plus être déficitaire. Ceci explique cela.

De plus à la main, cela permet d'apprendre à bien vérifier la propreté, de savoir insister avec attention, de manipuler les pièces sans casse ou perte, d'être concentré sur le détail infime, et de ne pas passer à côté de quelque chose.

Je conseillerais de le faire à la main, de façon bien consciencieuse (cheviller à fond les rubis !), et après pas mal de mvts de montres, pourquoi pas, mais pas forcé non plus. Surtout qu'en machine, il faudra bien utiliser au minimum un bain de lavage et un de rinçage, et ensuite sécher, le tout avec les manipulations à chaque phase. Le temps qu'on croit gagner est finalement perdu.

En théorie, les cuves à ultrasons sont utilisées pour la pendulerie uniquement. Les machines à rotation pour les montres.

On ne met pas les aiguilles, le cadran non plus. Les pièces en matière synthétique, faut voir selon la matière si c'est compatible avec le produit.

Plein d'avis et de méthodes différentes, mais faut souvent si ca marche bien, éviter de toucher au ressort moteur, donc par extension au barillet.
Une manuelle, on teste jusqu'à ce que ca bloque, ca fait dans les 6-7 tours ou plus, l'arbre entraine bien le ressort, pas de bruit suspect: ok, on laisse de coté. On nettoiera rapidement l'extérieur, la denture, on lubrifie les pivotements couvercle/arbre/tambour, basta. Une automatique, pareil, mais on écoute/sent si la bride glisse bien.
D'autres ouvrent, nettoient avec le ressort, huilent, referment. D'autres font pareil en changeant systématiquement le ressort. D'autres changent l'ensemble du barillet à chaque révision (Breitling par exemple). Beaucoup de méthodes donc.

L'ancre aux ultrasons, même sans chauffer, ca peut être ok, comme donner des palettes au fond du bocal et l'ancre de l'autre côté. Loterie.
Le spiral/balancier, possible mais il faut plutot éviter. Un séjour de 20 mn dans l'essence C suffit.

Au début évite de nettoyer en machine les pièces vraiment petites ou légères: blocs antichocs, ressorts fils, micro-vis, paillon. Garde les à l'oeil et nettoie ça à la main.

Certains revêtements de pièces n'apprécient pas les US. Et il faut éviter avec les pièces anciennes, la dorure au mercure n'aime pas.
Jamais d'alcool sur les pièces de montre fixées à la gomme laque: ellipse, palettes. L'alcool dissolvant la gomme laque.

En entreprise, pour nettoyer, j'utilise ce qui est fourni par la boite: RM90 pour le mouvement, un bac à ultrason pour boitier/bracelet.
En dehors, à la main et/ou ultrason. Selon la montre, la saleté, soit c'est tout essence C, soit c'est Elma 1/9 aux ultrasons + rinçage essence C.

- comment vous organisez vous avec les différents bains car, il n'est pas question (en tous cas pour moi) de mettre tous les éléments en même temps car je serai incapable de m'y retrouver ensuite ;) ?


Si tu ne te sens pas pour l'instant de différencier les pièces, utilise en machine des mini paniers séparés (une pièce avec sa vis par exemple).
D'où l'intéret aussi d'apprendre à d'abord nettoyer à la main et de prendre le temps. On sort la pièce de la boite à cases, on la nettoie, on sèche, on contrôle, on replace dans la case.

Sinon, j'ai eu confirmation par ibutchjp qu'il utilisais les produits suivants pour le nettoyage : http://horlogreen.com/ et qu'il en était tout à fait satisfait. Même si je ne suis pas un écologiste militant et convaincu (loin de là), quand je peux éviter d'utiliser des produits trop toxiques à la maison, j'évite ... Quelqu'un d'autre a-t-il eu l'occasion de les tester ?


Je ne connais pas, mais comme M&P en vend, ca doit être plutôt pour les horloges. L'ancienne recette classique était ammoniaque (peu), alcool (peu), savon noir (pas mal) et eau chaude (qsp une casserole). Ca marche bien et c'est pas cher. Sinon il y a d'autres produits, plus ou moins aisés d'utilisation.

Oui, les produits toxiques il faut bien sûr éviter, mais surtout les utiliser de façon raisonnée, adaptée et ne pas respirer ça à plein nez. Faut être vigilant, mais pas parano.
Les horlogers du 18è siècle vivaient souvent assez vieux, les anciens du 20è s idem, bien qu'ayant respiré de l'ammoniac, du pétrole, du benzène, du CFC, du trichlo, du MEK, etc. :drool: sans les CHST actuels. Les produits font frémir, mais les conditions d'utilisation étaient quand même encadrées, et les quantités minimes, même si répétées.

Une pièce fréquemment aérée et 5 mL d'essence C dans un benzinier/petit pot fermé ne te feront pas tourner la tête, pas d'inquiétude. Par contre, le nez à 20 cm d'1 L, oui.
L'essence C (pas A, pas F, pas xyz, pas à la station) se trouve par 1L pour quelques €, en droguerie, chez Casto etc. Quelques mL suffisent pour nettoyer une montre, tu changes l'essence quand il y a des saletés, ou systématiquement, ca te fera quelques années d'utilisation j'imagine.



Couper une tige de couronne :

Ressort a écrit:Chacun sa méthode, faut juste que ca tienne et que ce soit réversible facilement.

La mienne:
- j'essaye, je coupe la plus grande portion à la pince coupante, pour laisser environ 2 à 3 filets à limer ensuite.
- je finis à la lime, un très léger biseau à la fin, et je reprends parfois un peu le filetage en passant une lame de couteau.
- si couronne classique, je laisse autour d'1/10e entre la couronne et le boîtier. Si vissée, en position neutre/dévissée, le filetage couronne doit être tout juste devant le filetage tube.
- test des différentes fonctions. Si ok je mets un chouilla de frein-filet sur le filetage de la tige.
- si trop court de très peu, reste la solution de placer un mini paillon de soudure au fond de la couronne, ou un petit morceau de joint (je préfère car on peut tester et l'enlever si besoin).

A noter que ça se fait en serrant bien la tige (partie ronde après la gorge) au roule-goupille.

Pour changer une couronne facilement, placez-là quelques secondes au-dessus d'une flamme de lampe à alcool, ça ramollit le frein-filet, et s'il y a de la rouille, ça aide à enlever la couronne par la suite.


Ressort a écrit:
Mais je ne sais pas limer en biseau !


Tu mets bien la tige dans le roule goupille (RG), si c'est pas fermement maintenu, ça sera très difficile, ou pire, la tige pliera/cassera.
Main gauche bloquée, qui tient le RG contre l'établi, tu limes jusqu'à la bonne longueur. Tu finis sur un plat, ensuite les avis diffèrent: certains laissent tel que car ils disent que ca visse sur plus de filets, d'autre font un léger biseau, pour faciliter le vissage de la couronne sur les premiers filets, souvent matraqués lors du limage (quand on usine une vis au tour, on applique le même principe).

Il est plus facile de faire le biseau avec un étau et un "bois d'étau" et ses encoches. Ca permet d'avoir une base fixe et de pouvoir tourner la tige en limant. Sans c'est faisable aussi.

Je rappelle qu'on lime vers l'avant, pas en revenant vers soi, ou en faisant 50 allers/retour par sec, genre lime à ongle.

Pour le biseau, tu peux par exemple faire comme ceci:
Tu places ta lime sur la tige, au bout du plat de la tige, tu inclines un peu la lime vers le bas, la "position de biseau" est en attente.
Tu débloques un peu ta main de RG, mets le RG ou la tige un peu en appui sur le rebord de l'établi.
Tout en tournant entre l'index/pouce le RG vers toi, tu pousses la lime vers l'avant, donc dans le sens contraire de la main gauche. Pas besoin d'appuyer trop, au bout de 2 coups de lime environ, un beau biseau sur le pourtour est bien là. Il doit être présent techniquement (genre sur 1 filet environ) mais minime quand même, sinon ca ne vissera pas bien dans la couronne. C'est histoire de casser l'angle droit, en gros.

Sans lime, on peut le faire à la pierre india ou diamantée. Ca va aussi vite.

Beaucoup de mots, pas forcément clairs je dois dire, mais en réalité ce biseau prend 10 secondes à faire.



Poser des aiguilles :

Ressort a écrit:Bonjour,

Sujet qui est utile, car bien poser les aiguilles (= pas simplement faire que ça ne se touche pas) et bien emboîter ensuite n'est pas si simple en y regardant de près.
Bravo pourton pas-à-pas avec les photos, car c'est assez pénible à faire le tout, jusqu'à la mise en forme finale pour faire un post clair.

Si je peux me permettre quelques petites suggestions ;) :

- Pour bosser clairement, un "fond" uni, éclairé et dégagé est indispensable, soit une plaque genre plastique verdâtre (cf. AF/Bergeon), soit plus simplement, une feuille de papier blanc A4 propre, scotchée aux coins sur la table. A la fin on jette la feuille, tout est toujours propre donc. Ca permet aussi de pouvoir noter ou dessiner des choses.

- Chaque vis (moderne) est standardisée, il faut donc utiliser une taille de lame de tournevis adaptée selon la vis. Un tournevis trop petit marquera la vis, un trop grand marquera la platine ou la pièce attenante. C'est souvent par flemmardise que par méconnaissance :mrgreen:

- Mouvement déboité, on remet la tige de remontoir. C'est impératif pour la repose des aiguilles.

- Désarmer son mouvement. Si on a affaire à une seconde centrale de style ETA (2824/2892 etc), le pont de rouage est très flexible. Si on pose une aiguille en forçant un peu, il y a risque de désengrener pignon et roue, et c'est la cata, le rouage défile en amont, et peut emporter quelques dents.

- Toujours se mettre sur une surface bien plane et solide en dessous. Il y a toujours un risque qu'en posant les aiguilles, le pivot pousse sur le rubis, et soit le pousse/déchasse ou casse. Dans certains cas, il existe des portes-mouvements pour poser les aiguilles, avec un support réglable pour soutenir le rubis. Ca ne coute pas des masses et c'est bien utile.

- pour enlever l'aiguillage, le v de la feuille de papier etc. c'est bien compliqué. Un simple sachet en plastique qu'on réutilisera, on le pose sur les aiguilles, on met le presto ou les leviers, le plastique est donc entre les aiguilles et l'outil, ca vient tout seul, et le plastique retiendra les aiguilles en phase de pré-satellisation. Pour les aiguilles proches du cadran, à noter qu'une feuille de papier est souvent plus épaisse que l'ép. d'un sachet. Si vraiment on y arrive pas, virer les aiguilles centrales, desserrer les vis de cadran, soulever prudemment ce dernier avec une lame fine, un petit peu à chaque pied, en alternant, et la petite seconde viendra avec le cadran.

- une fois aiguilles et/ou cadran enlevés, on prend alors 5 secondes de plus, et la 1è chose à faire est de les protéger, séparément, dans un sachet ou une boite à l'écart de la zone de travail. Un outil tombe dessus, paf cadran rayé, aiguilles qui valsent, la matière lumineuse qui fait la gueule, la cata quoi.

- avant de reposer le cadran, on oublie pas le paillon sur la roue des heures (le U vers le cadran, au cas où... :mrgreen: ), on reserre bien les vis de cadran, on vérifie que le cadran est bien centré.

- une aiguille posée, on vérifie on la faisant tourner lentement si elle tourne rond et plat, sans rien accrocher. Si pas ok, soit en repose, soit on peut jouer un peu en levant ou tordant par petites touches avec des brucelles. Si ok, on passe à la suivante.

- Vérifier que le cadran n'a pas de poussière dessus. Ensuite contrôlez bien avec une loupe et un fond noir que l'intérieur de la montre (spécialement sous le verre) est exempt de poussières, traces de doigts. C'est pénible de le voir une fois la montre refermée. Poussière: un coup de soufflette (mieux une aspiration filtrée).
Si brin/fibre à la jonction verre/boite, le plus rapide est virer ça à la brucelle fine. Une microfibre +/- produit à vitres marche bien contre les traces de doigts. Pareil pour les fonds vitrés.

- On oublie pas de lubrifier un peu la tige de remontoir (D5 ou graisse), puis de graisser le joint de fond et joint de couronne.



Recoller des index sur un cadran

Ressort a écrit:Bonjour,

1. Dévisse ta couronne, laisse en position 0. Tige à midi comme sur ta photo, regarde où elle entre dans le mouvement. Juste à gauche, un petit "téton creux", utilise un petit tournevis, appuie un peu dessus tout en tirant la couronne.

2. A 11h et 5h, enlève les 2 vis de fixation du mouvement à la boite. Ne perds pas les brides d'emboitage qui vont avec. Regarde bien le sens qu'elles ont.

3. Soit le mvt s'enlève sans forcer, soit s'il y a une bague d'emboitage, enlève-le pour faciliter le désemboitage.

4. Mvt sorti, remet ta tige/couronne, appuie légèrement sur le téton en même temps. S'il y a un stop seconde, profites-en aussi et règle les aiguilles là où ça ne gênera pas (le mieux étant de les enlever, ainsi que le cadran, mais je suppose que ce ne sera pas le cas, ici)
Regarde comment se fixent les index au cadran, une goupille à l'arrière entre dans un trou du cadran. Essaye "à blanc", puis mets les de côté. Ensuite un petit coup de soufflette sur le cadran. Poussière + colle ne font pas bon ménage, surtout sur un cadran noir.

5. Un pique huile très fin (noir ou rouge), un rien de colle (bi-composant ou superglue3) dans le pourtour du trou, tu reposes l'index, en le plaquant un peu à la cheville de bois et en regardant à la loupe. Si tu as mis trop de colle, ça bavera sous le cadran et surtout en dehors de l'index, sur le cadran. Une fois fini, nettoie de suite le pique-huile à l'essence.

6. Prudemment, tourne toutes les aiguilles sur 360°. Ca ne doit jamais toucher ou effleurer les index recollés.

7. Mouvement sous cloche, attends un peu que la colle sèche à coeur et que les "dégagements de colle se dissipent". Tu remboiteras quelques heures après ou le lendemain, c'est mieux.

8. comme toujours, ça prend des lignes à expliquer, mais c'est 15 mn maxi.



Matière lumineuse

Ressort a écrit:
sbig77 a écrit:Pour l'antichoc, j'ai trouvé ma réponse dans le dernier topic de Sylvain mais, pour le lume, personne ne peut me renseigner ? :icon_gratgrat:


(raaah, arrêtez avec votre lume, ça veut rien dire :banging: :mrgreen: )

Pour la matière lumineuse, cf les posts d'Amphibia. Mais chacun a ses petites méthodes, l'essentiel est le résultat (comme souvent en horlogerie).
C'est peu onéreux, vite fait, comme un changement de verre, de couronne ou un repeinturlurage de lunette, et ça donne meilleur aspect. Faut pas s'en priver.

J'utilise aussi un cure-dents, même pas Bergeon. Juste ceux par paquets de beaucoup, c'est donc du jetable.
Je nettoie à fond les aiguilles. Polissage rapide et léger si besoin. Si c'est du doré, chromé ou acier, direct aux ultrasons quelques minutes; à la loupe il ne doit pas rester d'ancienne matière lumineuse. Si c'est peint, je gratte par le dessous: tournevis fin, stylo fibre de verre.

On peut maintenir les aiguilles différemment: j'utilise un "truc à équarrir les trous des aiguilles", mais on peut aussi bien le faire avec des cure-dents ou du rodico. Le tout est que ça reste bien stable en l'appliquant et plat au séchage. Le dessous des aiguilles est vers vous, on applique donc la pâte par le dessous de l'aiguille.

Je cherche une teinte qui s'accordera avec les index de cadran s'il y en a. Et s'il n'y en a pas aussi d'ailleurs.
Donc mélange de pigment (très peu) avec de la poudre lumineuse, du vernis acrylique. Ca fait un aspect un peu granuleux, qui brille pas trop et vert, ca reste ancien, je préfère ça à l'aspect clinique du rendu des luminova, qui brillent trop et qui ne sont pas granuleux d'ailleurs. Attention si vous cherchez vraiment pile poil une teinte d'index, la teinte "mouillée" n'est pas exactement la même que sèche, comme en peinture classique. Et pensez à faire toutes vos aiguilles d'un coup, pour ne pas avoir des teintes différentes selon vos mélanges.

Les Bergeon ou AF en teinte jaune sont pas mal quand même, moins de prise de tête de mélange de pigments. A vous de voir si ça vaut 50€.

Je mélange ceci dans des boites à lentilles de contact (je jette ensuite, pour ne pas contaminer un futur mélange). Si trop liquide, je rajoute de la poudre. Si trop épais, du vernis.

Avec un cure-dent neuf, sans appuyer, j'applique la pâte en commençant par une extrémité, je vais doucement vers l'autre. La pâte va remplir d'elle-même tout l'espace par capillarité. Généralement, une application suffit. Je laisse sécher au moins 30 mn avant de reposer.
Attention s'il y en a trop sur le dessous, vous aurez des soucis à la repose des aiguilles, car il doit rester de l'espace entre cadran/aiguille heures et entre les aiguilles.

Si pas bon comme teinte ou mal appliqué, retour case départ.



Balancier :

Ressort a écrit:Ce sujet m'a fait penser à scanner des anciens cours, quant au changement d'axe de balancier. Je pense que certains points peuvent ici être approfondis ou précisés ;)
La page 53 est à connaitre, mais il faut éviter dans la mesure du possible de l'appliquer.
54/55 = très importantes.
C'est la base, il y a d'autres fignolages à prévoir, comme souvent en horlogerie.

C'est un PDF de 8 pages, dispo ici. Bonne lecture.


Ressort a écrit:Tu as bien trouvé une solution finalement, mais je reviens sur ceci:

Orano a écrit:J'ai retiré l'ancre et remis le balancier. Ca tourne comme si c'était un mouvement perpétuel. Un très léger coup de soufflette et ça tourne 30 secondes.
Pour tester l'ébat de l'axe en hauteur, je ne sais pas comment faire. Il n'y a pas assez de hauteur sous la serge pour passer un (de mes) tournevis. J'ai essayé de soulever avec un bout de plastique mais ça passe mal et j'ai peur d'esquinter quelque chose à trifouiller plus ou moins en aveugle. Sinon, en soulevant très, très légèrement le bord de la serge avec un tournevis, je sens que ce n'est pas bloqué et qu'il y a du jeu (enfin, c'est l'impression que ça me donne, à moins que ce ne soit la pulpe des doigts qui fasse cet effet).


Tu testes un ébat d'axe (jeu axial) à la brucelle fine. Pour l'axe de balancier, tu prends le balancier entre les brucelles et tu fais DOUCEMENT un geste vertical, qui indiquera ainsi le jeu axial dispo. Pas de tournevis ou autre.

Orano a écrit:Au repos (sans l'ancre) le pivot me parait parfaitement dans son trou. J'imagine que si ce n'étais pas le cas, le coq étant vissé à fond, soit l'axe serait de travers, soit ça ne tournerait pas aussi longtemps avec aussi peu de pression que mon tout petit coup de soufflette.


Dans ces conditions, avec le coq vissé à fond, l'axe aurait certainement un voire deux pivots HS.

Orano a écrit:"le spiral est bien centré entre les goupilles de raquette ?" Voila ce que ça donne.
http://img1.imagilive.com/0414/R0011689.JPG


De là on ne voit rien. Il n'y a que toi qui le verra. Bon éclairage, une vraie x12 (pas les x12 à 5€ j'entends) et tu regardes sur plusieurs angles possibles.
Encore mieux de le faire avec juste le balancier sur la platine, sans le rouage et les ponts.

Orano a écrit:Par contre je ne sais pas décrire le point mort. Quand ça ne bouge pas, et bien... ça ne bouge pas


Long à expliquer dans la théorie, cherche sur horlogerie-suisse.comn ca dot y être, mais en gros, pratiquement, sans force motrice, tu traces (fictivement) une ligne entre le pivot de l'ancre et l'axe de balancier, et l'ellipse doit se trouver le plus possible sur la ligne.


Orano a écrit:J'essaierai le coup de la bascule de fourchette la prochaine fois où ça se passera mal mais c'est vrai que c'est une opération délicate cette pose de balancier.
Justement à ce sujet, j'ai vu deux façon de poser. La première en tenant juste le coq, avec le spiral et le balancier qui pendouillent. La seconde en tenant ensemble le coq et le bord de la serge avec les brucelles.
Qu'est-ce qui est préférable ? D'ailleurs la question est aussi valable pour la dépose.


Tu tiens par le coq, toujours. Si tu tiens mal les éléments ensemble, tu bouges, etc, tu vas endommager le spiral, ou casser un pivot.

Un truc qui aide (pas évident à décrire) à poser bien l'ensemble spiral/balancier, c'est de:
0. repérer où se situe l'ellipse par rapport aux bras du balancier
1. mettre un peu de force motrice pour que l'ancre repose sur une goupille de limitation
2. dans le même geste: tourner un peu le coq (vers l'intérieur ou l'extérieur, selon le mouvement et l'orientation du spiral), placer le pivot inférieur, tourner encore un peu le coq, le balancier va suivre, donc l'ellipse aussi, qui ira se placer naturellement dans la fourchette qui elle, était stable. L'ancre commence à faire régulièrement son chemin généralement.
3. on pose mieux le coq, vérif des pivots. Vissage.

La partie 2 est donc le coeur du truc, c'est simple à faire ( :mrgreen: ) mais difficile à expliquer.
Sur la doc technique des Omega 2500C, partie 3.0 (cherchez sur cousins ou autre), une technique assez similaire est bien dessinée.


Orano a écrit:En tout cas ça explique parfaitement ce que j'ai constaté. A force de démonter et monter ce pont, j'ai cassé le pivot. Pourtant j'y vais mollo, je pose la vis la plus loin des roues d'abord, sans serrer, et puis tout doucement je teste et je serre un peu plus chaque fois.


Tu testes quoi et comment, avec quel outils ?
T'inquiètes pas, dans cette discipline, tout le monde a cassé ou perdu une pièce un jour ;)


Régler le point mort :

Ressort a écrit:
Manzarek a écrit:Par contre, ce qui serait super de votre part, c'est de nous faire une tutorial sur cette manip.
Je suis certains que nous serions nombreux ici à être méga- intéressés !


Tu désarmes le ressort moteur. Mets ta x10, bon éclairage, vue de dessus.
Tu observes où se trouve la baguette de l'ancre par rapport aux goupilles de limitation.
Elle est censée (au repos) être en plein milieu, sur la ligne imaginaire qui va de l'axe de l'ancre <--> axe de balancier.
Tu gardes en tête l'angle que fait la baguette avec la ligne imaginaire (soit "Â").

Enlève ton coq.
La lame de spiral est maintenue (par exemple) par une botte, il faut l'ouvrir en la faisant pivoter avec un petit tournevis. Si c'est juste 2 goupilles de raquette, on laisse.
Une fois fait, on dévisse prudemment un peu la vis de piton, juste pour pouvoir bouger et dégager le piton de son logement.
On prend le piton et on le tire doucement vers le haut, le reste du spiral vient. Si ca force, on regarde où ca coince avant de continuer et de forcer.

Observe la virole par dessus, il y a une fente. Met ton balancier sur un tas perçé, pour que la serge repose bien à plat. Place le plus petit des tournevis (ou un pique huile bien PROPRE) dedans et tourne doucement de l'angle Â, dans le sens opposé où tu veux faire aller la baguette. En option: avec un poinçon ou un chasse aiguille bien plat, appuie légèrement sur le dessus de la virole, au cas où en la tournant tu l'aurais désaxée.

Ensuite opération inverse. Tu regardes à l'oeil ce que ca donne et tu mesures au chronocomparateur. rebelote jusqu'à avoir un résultat acceptable. Puis réglage avance/retard, sachant que c'est une montre de poche, donc réglage important = couronne en haut (12H) pour la tienne.

Au début, ca te prendra plusieurs essais pour un truc potable, après c'est plus rapide.

Le texte est long mais ca prend quelques minutes.

Il y a une autre méthode: tu prends le spiral/balancier dans une main, tu écartes les spires et avec l'autre main, tu tournes la virole, mais sans exp, c'est risqué.





Graisses :

Ressort a écrit:
sbig77 a écrit:Je vais donc rajouter la graisse à la future commande chez cousinsuk ;) .... Quelle graisse tu conseilles Ressort ?


Montre auto, montre manuelle ?

En graisse standard, sur la partie mise à l'heure ou chaussée, la 8300 marche bien. Mais d'autres sont tout aussi bien, très modernes ou pas.
Sur la paroi intérieure des tambours de barillet auto, en théorie il faut lubrifier avec certaines graisses (cf recommandations fabricants), au graphite, bisulfure de molybdène, lithium ou autre.

Ca permet à la bride glissante de ... glisser ni trop tôt (pas assez de résistance) ni trop tard (résistance trop élevée).
Si on ne sait pas trop, dans le doute -sauf en cas de machin de 30 ans d'âge tout sec/sale- on laisse, on nettoie l'extérieur au mieux et on lubrifie juste les pivotements couvercle/arbre/tambour et platine/arbre/pont. Le mieux étant soit de changer l'ensemble du barillet à chaque révision (ex: Breitling le demande), soit de nettoyer, lubrifier, changer le ressort par un neuf. Après c'est une question de coût à garder en tête.

Il y a des plans techniques modernes avec des recommandations (ETA, Zenith, Rolex, Omega etc.), mais la lubrification en horlogerie, hormis certains trucs basiques, c'est en gros "chacun sa méthode", du moment que ça marche. Fin de rouage, une huile très fine, début de rouage huile épaisse, et si contrainte/friction élevée, plutôt une graisse.
C'est un domaine assez dynamique, puisqu'il y a des mises à jour des recommandations fabricants en permanence.

Hormis de l'évidente contamination par les poussières, les huiles/graisses sont à conserver à l'abri de la lumière et de la chaleur.
Prenez-en un peu (avec un tournevis propre), à mettre dans un huilier PROPRE et fermé. A nettoyer fréquemment (alcool à bruler, essence C etc).

Ce document en anglais peut intéresser: http://www.bhi.co.uk/Documents/certificate/Tech/PractLub.pdf.

sbig77 a écrit:Du coup, la graisse, Ressort, c'est essentiellement pour les pignons et la tige de remontoir ?


Tu ne mets jamais (sauf exception) rien sur les pignons ou sur les dents.
Graisse: en gros, friction chaussée, partie mise à l'heure, barillet (ou D5).

Sur ta Seiko, un film de graisse, sur le pourtour de la "roue d'encliquetage" (celle entre le rochet et les 2 bras du cliquet à double bras), ne nuira pas. Idem un peu de D5 sur l'endroit de la "roue de réduction", la zone entre le circlip/tigeron et sa partie excentrique.


Ressort a écrit:
alemmar a écrit:Merci Ressort pour les huiles! Il est vrai qu'il est facile de s'y noyer avec tout ce qu'on lit de partout...


Ah, la lubrification et l'horlogerie, chacun a ses principes (forcément meilleurs que les autres :mrgreen: ) et ses façons de procéder. Du moment que c'est propre, que ca donne de bons résultats sur le court et long terme, c'est ok.

En résumé:
- fortes pressions/frictions: huile assez épaisse (voire avec additifs), ou graisse. Faut que ça reste en place à terme, sans 'dégueuler' partout.
- pressions fortes à moyennes: huile style D5/HP1300.
- mobiles en fin de chaine cinématique: huile très fine genre 9010.

La 9010 sur les palettes c'est ok niveau amplitude, mais rapidement après quelques jours, l'amplitude ne se stabilise pas, diminue, contrairement à la 9415, qui est plus proche d'une graisse.


Ressort a écrit:
sbig77 a écrit:Sinon, pour la partie chronographe, qui va venir ensuite, j'y suis allé un peu au feeling, les roues de seconde lubrifiée avec de la 9010 et les roues de minute avec de la D5. Pour les parties en frottement (bascules notamment, je met de la graisse 8030) ... Ressort, n'hésite pas à me corriger si ce n'est pas ce qu'il fallait faire. De toute façon, le mouvement va subir un nouveau démontage mais, j'en parlerai dans le prochain post ;) ....


Pour savoir quelle huile où etc, le mieux c'est de se souvenir qui entraîne quoi, qui agit sur quoi, on en revient tjs là, les chaînes cinématiques :mrgreen:

Rappel: un mobile c'est généralement une roue et un pignon. Dans un mouvement méca, il faut savoir qui mène qui (les roues mènent les pignons, contrairement au quartz), ce qui permet de comprendre la suite plus simplement, ou accessoirement de retrouver le nombre de dents d'un mobile perdu ou cassé.

La partie chrono prend sa source grâce à la roue de champ qui est sur montée sur la roue de seconde, donc il y a peu de force disponible à cet endroit déjà, quasi en fin de rouage horaire.

Puis une fois le chrono en route, la denture de la roue de champ transmet son mouvement à la roue d'embrayage, qui elle même transmet le mouvement à la denture de chrono, puis vers le baladeur puis (en toute fin de rouage chrono) au compteur des minutes.

En résumé: peu de force dispo à l'endroit où le rouage chrono débute, et encore moins sur sa fin.

Donc si on met une huile assez épaisse genre D5/HP1300 par là, ca va freiner le peu de "force" qui reste, et ca sera pire après quelques temps, quand l'huile sera un peu gommée.

Certains mettent de la 9010 sur les pivots du baladeur et du mobile de compteur minute, d'autres non: moi pas. En plus, ça ne tourne quasi pas, juste une dent par minute.
9010 OK sur les pivots du compteur de seconde.

Pour tout le reste, D5/HP1300, y compris sur le contact entre cames-coeur/extrémités marteau (attention à ne pas baver sur la denture), et graisse sur les contacts plus forts genre RAC ou navette.
Ressort a écrit:
Orano a écrit:Maintenant je reviens au bricolo de débutant avec ma Seiko 6309.
La dernière fois que j'en avais parlé j'avais un peu forcé sur l'huilage. Je ne sais pas si c'est du à ça mais elle fonctionnait curieusement, une heure aléatoire, parfois un blocage. Bref, une cata. J'ai donc décidé de la démonter (ça baignait bien dans l'huile), de la nettoyer comme il faut et de la remonter proprement avec un huilage beaucoup plus modéré. Pour le huilage je n'ai pour le moment que de la 8000 et de la 8200. J'ai donc fait avec.


Faute de mieux ce sera évidemment avec ces deux lubrifiants, mais :
- 8200 graisse pour frictions importantes, lanternage etc., trop lourde pour le rouage comme tu le sais déjà.
- 8000 huile light pour quartz (de mémoire). Donc ne remplace pas la D5/HP1300.

Il te manque donc une huile "entre deux".

Tu as mis quoi sur les palettes ? Et sur les pivots de l'ancre ?

Depuis, elle fonctionne nickel... le jour. Tant que je la porte et ne dérive quasiment pas (quelques secondes entre le matin et le soir). Par contre, la nuit, je la pose à plat et le lendemain elle a pris pas loin de 10 minutes de retard.
J'ai pensé à deux possibilités :
- le ressort n'est plus bon. Donc, tant qu'on le remonte (c'est à dire dans la journée), tout va bien. La nuit, il n'a plus assez d'énergie et la montre retarde.
- le passage de date freine. J'ai remarqué que, si le changement de quantième se fait à minuit, il faut pas loin d'un quart d'heure avant que le jour de la semaine change.


Au cas où, pour le contact sautoir/dents du disque de quantième, un chouilla de D5 (genre 1/2 gtte), tu tournes de 10 dents en passant la date rapide, à faire x3 en tout (--> 3x10 = 30).
Désarme le ressort moteur, regarde à la x12 le centrage de ton spiral dans les goupilles de raquette, ainsi que son plat.
Essaye de la poser la nuit sur l'une de ses tranches.

Edit pour l'autre montre:
Orano a écrit:Sur le fond, qui est quand même en assez bon état, lui (j'ai vu bien pire) le pas de vis "ondule" à un endroit. Je pensais refaire le pas avec un couteau.


Essaye, mais je pense qu'avec le fond bien calé, un tournevis, en frappant prudemment au petit marteau, tu pourras redonner un aspect correct (et fonctionnel surtout) au filetage. On peut parfaire légèrement à la lime à fendre, mais au risque de bouffer un peu de matière, déjà très fine forcément. Attention à ne pas taper trop fort, pour ne pas diminuer le diamètre à un endroit. Le mieux serait de faire prendre appui le dessous de filetage sur un débit en laiton rond pris dans un étau, moins de risque de déformer le diamètre du filetage.



Mettre un ressort (non, pas Ressort !) dans son barillet

Ressort a écrit:
alemmar a écrit:Mon prob des brides c'est que lorsque je replace le ressort dans le tambour (propre et graissé) avec cette bride, immanquablement ça se plie...affaire de coup de main je suppose! Pas évident du tout, j'ai déjà bousillé un ressort de 4205 et un de 7002 ( des doublons heureusement!)


En gros:
Tu regardes bien comment s'enroule le ressort.
Tu positionnes le début du ressort et de la bride ensemble, en appuyant ca contre la paroi de tambour (genre avec le pouce, bien fermement).
Tout en maintenant le pouce, avec l'autre main, tu précourbes (arc de courbure forcément <à celui du tambour) vers l'intérieur/centre du tambour, la spire que tu veux rentrer, et tu fais entrer cette demi spire, tu continues la demi spire suivante etc.
Quand la 1e spire aura recouvert le début de la bride, tu maintiens juste le dessus par le "gras" du pouce, tu poursuis la technique précédente jusqu'au centre, cette fois, en tournant (genre par demi tours) dans ton pouce le tambour et l'endroit où la spire est un peu bloquée mais sort un peu.

Le plus important, c'est de bien tenir avec la main gauche, et ne pas forcer, déformer ou râcler le ressort qui entre dans le tambour.

Sans photos précises c'est pas évident à expliquer cela dit :mrgreen:

Si le ressort est dispo en neuf, pas de prise de tête, tu nettoies, tu graisses la paroi, tu places le ressort bagué dessus, tu le descends dedans, c'est en place, fini.

EDIT: une bonne video qui reprend certains points: usure paroi, lubrification paroi, ouverture tambour, comment bien enlever le ressort-moteur, le tout présenté par l'austère M.Propre, qui n'est pas là pour l'humour.
“Quand on parle du loup entre bègues on n'en voit jamais la queue.” Cavanna
Avatar de l’utilisateur
monsieurbaron
Dément
 
Messages: 13550
Photos: 34
Inscrit le: 19 Mai 2010, 15:48

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar nic0 » 01 Fév 2015, 15:51

Image
Avatar de l’utilisateur
nic0
Dément
 
Messages: 25172
Inscrit le: 20 Juin 2012, 16:01

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar LJM » 01 Fév 2015, 16:09

:shock: ........................ça commence bien............ 8-)
Avatar de l’utilisateur
LJM
Dément
 
Messages: 7692
Inscrit le: 01 Mar 2012, 10:49

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar Trollex » 01 Fév 2015, 18:12

oui chic !!! je vais faire des recherches sur le moteur interne pour vous proposer les liens ! msp_thumbup
Avatar de l’utilisateur
Trollex
Fou furieux
 
Messages: 3424
Inscrit le: 02 Aoû 2014, 09:44
Localisation: Gross Paris!!!

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar monsieurbaron » 01 Fév 2015, 19:10

Trollex a écrit:oui chic !!! je vais faire des recherches sur le moteur interne pour vous proposer les liens ! msp_thumbup


Ouais, ça serait normal, vu que tout ça c'est à cause de toi : http://lallement.com/Montres/viewtopic.php?f=15&t=12149
:twisted:
“Quand on parle du loup entre bègues on n'en voit jamais la queue.” Cavanna
Avatar de l’utilisateur
monsieurbaron
Dément
 
Messages: 13550
Photos: 34
Inscrit le: 19 Mai 2010, 15:48

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar Trollex » 01 Fév 2015, 19:14

monsieurbaron a écrit:
Trollex a écrit:oui chic !!! je vais faire des recherches sur le moteur interne pour vous proposer les liens ! msp_thumbup


Ouais, ça serait normal, vu que tout ça c'est à cause de toi : http://lallement.com/Montres/viewtopic.php?f=15&t=12149
:twisted:

donc je suis une peste un fléau ? :icon_eyes:
Avatar de l’utilisateur
Trollex
Fou furieux
 
Messages: 3424
Inscrit le: 02 Aoû 2014, 09:44
Localisation: Gross Paris!!!

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar monsieurbaron » 01 Fév 2015, 19:15

Ben euh, à partir du moment où t'as eu une bonne idée pour le forum, on va dire que non, hein ;)
“Quand on parle du loup entre bègues on n'en voit jamais la queue.” Cavanna
Avatar de l’utilisateur
monsieurbaron
Dément
 
Messages: 13550
Photos: 34
Inscrit le: 19 Mai 2010, 15:48

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar Trollex » 01 Fév 2015, 19:17

monsieurbaron a écrit:Ben euh, à partir du moment où t'as eu une bonne idée pour le forum, on va dire que non, hein ;)

hi hi hi ; pas évident de trouver aussi des articles spécifiques je rame.
Avatar de l’utilisateur
Trollex
Fou furieux
 
Messages: 3424
Inscrit le: 02 Aoû 2014, 09:44
Localisation: Gross Paris!!!

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar Fran6 » 01 Fév 2015, 21:17

Tout vient à point à qui sait attendre
Avatar de l’utilisateur
Fran6
Malade
 
Messages: 922
Inscrit le: 18 Juin 2014, 17:29
Localisation: Belgique , sur un îlot.

Re: La base de connaissances de MGN

Messagepar monsieurbaron » 01 Fév 2015, 21:29

Cool, je mets à jour ;)
“Quand on parle du loup entre bègues on n'en voit jamais la queue.” Cavanna
Avatar de l’utilisateur
monsieurbaron
Dément
 
Messages: 13550
Photos: 34
Inscrit le: 19 Mai 2010, 15:48

Suivant

Retour vers Documentation de référence et technique horlogère

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités